Yarps

Yarps

Yarps…derrière ce court palindrome se profile un quadra discret, pochoiriste-portraitiste à ses heures qui a fait de la rue et des squats ses terrains de jeux dès 1985. Il s’adonne à sa pratique dans les méandres des anciennes carrières parisiennes au cours de multiples explorations. Il traîne ses matrices dans Paris intra muros, égrenant les figures de ses VIP préférés sur les murs – des personnalités tout à la fois adulées et controversées comme Brigitte Bardot, Dali ou Al Capone.
Électronlibre dans les milieux punk et underground, Yarps rallie la Zen Copyright en 1990  (avec notamment SP38, Pêdro!, Davis Dutreix, Mick (RIP), Eduardo (RIP) et Momo ), un groupement d’artistes adepte des squats. Expulsions après expulsions, le collectif ouvre de nombreux espaces dans Paris, rejoint par des amis pochoiristes, Le Bateleur (RIP) et Cad, qui comptent parmi les précurseurs de l’art urbain dans les années 80. C’est à cette même époque que s’activent les artistes de rue qu’il admire : Jérôme Mesnager, Blek, Speedy Graphito, Kriki (Nukle-Art), Epsylon, Ernest Pignon Ernest, Marie Rouffet, les VLP entre autres. Yarps va exposer à plusieurs reprises dans ces squats d’artistes des œuvres composées de tous types de matériaux, jusqu’à la dissolution du collectif fin 90. Il collabore en parallèle étroitement pendant plusieurs années avec le photographe Gérard Lavalette, découpant les matrices des portraits que ce dernier réalise pour lui.
Au fil du temps, ses pochoirs évoluent vers le collage. Il vaporise directement les pages de vieux journaux ou livres sélectionnés en fonction de ses thèmes de prédilection pour les afficher sur murs. Coupant court aux vernissages et mondanités, il préfère œuvrer dans son appartement qui lui sert d’atelier, ciselant au cutter X-acto les traits de ses héros intimes lorsque le temps le lui permet. Dans ses compositions réinterprétant souvent les figures du cinéma dans des films d’anthologie (Clint Eastwood – Inspecteur Harry, Gérard Jugnot – Le Père Noël est une ordure, Marylin Monroe – Sept ans de réflexion, etc.), les personnages tiennent en joue le spectateur avec de gros calibres…tandis que les pin-ups montrent leur pétard !
Entre vinyle et stencil, son cœur balance : à son art s’attache une forte influence de divers courants musicaux (le early reggae, le rock’n’roll, Gainsbourg, les bandes-sons de Tarantino et Schifrin), Yarps ayant lui-même écopé de quelques années au Conservatoire…Un brin provocateur, féru d’images choc, il ajoute parfois une pincée d’humour décalé, voire politiquement engagé, émaillée d’onomatopées et de jeux de mots savoureux qui sont sa touche personnelle. Avec Pêdro!, il forme pour la rigolade le « laid crew », dont le slogan est « besoin de personne en art laid » ! Yarps se plaît à détourner avec bonheur les titres, slogans ou répliques célèbres (« Natural Born Sprayer », « Yes we Spraycan », « Fuck me if you Kahn », « Make my spray »…). Cet humour, allié à un univers essentiellement tourné vers les idoles du passé, nous renvoie à un art qui ne se prend pas au sérieux, généreux par la volonté déclarée de l’artiste de se détacher des contingences du street art business pour se faire avant tout plaisir.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s