Jungle

11988436_10205984339020480_4929167320887471127_nSon parcours a amené JUNGLE à côtoyer différents champs artistiques : l’univers cinématographique, la bande dessinée, le web design. Autant d’espaces de création et d’expérimentations qui ont participé à construire sa sensibilité, ses repères et son regard. Il dessine et peint depuis toujours. Inspiré par K. Haring, le cubisme, le comics américain ou R. McGinnis, sa démarche s’inscrit dans un mouvement de l’art urbain contemporain, populaire.

De la rue à la toile, il met en scène un personnage qui lui aussi a tout de ce mouvement. Un personnage ludique et fédérateur, au cœur d’un travail qui convoque l’éprouvé esthétique et émotionnel sans détour. Du ressenti plutôt que du sens. Créature imaginaire et chimérique, le chien rouge a.k.a. le RaidDog s’est installé dans son atelier et sur ses toiles comme un sujet évident à explorer et à traiter. Après plusieurs années d’existence confinée dans les carnets et l’imaginaire de JUNGLE, le personnage déjanté, fantaisiste et anthropomorphe évolue maintenant pleinement dans un univers coloré, et s’expose sur les différents espaces plastiques que l’artiste explore.

C’est dans la répétition de ce personnage qu’émerge une démarche de figuration narrative. Dans ce travail en série, alternant la représentation de ses différents états d’âme, chaque œuvre assure également la fonction d’enrichir la vie du personnage et d’en épaissir l’identité. Sa couleur, ses mouvements, son regard et son environnement simplifié sont autant de points de variations qui caractérisent ce récit pictural. Par conséquence, la focale du regardeur s’oriente plus naturellement sur les points nodaux de la démarche plastique: points de vue, angles, proportions et mouvements, effets de matières, couleurs, plan, volume et échelle, innovation technique…

Derrière la légèreté apparente du propos, le chien transpose une charge et une tension émotionnelle paradoxales. Alternant entre naïveté et destruction, il porte à la fois la spontanéité de l’enfance et les conflits pulsionnels de l’adulte. L’ambivalence des mouvements qui l’animent sont en effet au cœur de l’identité de cette figure archétypale.
Cette polarité est exacerbée par le choix de la couleur, rouge, qui s’est imposée il y a longtemps, d’instinct, celui qui guide et caractérise la démarche de JUNGLE. Celle de la passion amoureuse, du danger, de la chaleur ou de la rage. Le rouge organique ou sanguinaire. Sur la toile, le fond quant à lui tend à se simplifier, n’ayant pour fonction que de faire ressortir la vivacité du personnage.

Le traitement graphique du sujet illustre bien la maitrise technique et le soin apportés aux questions de volumes et de profondeurs, issus de son travail passé à l’échelle de la vignette et du plan cinématographique. L’usage de la perspective traduit un regard singulièrement inspiré de cette double expérience et propose un angle de vue qui se veut focale pour le regardeur, lui permettant à chaque toile, de compléter sa connaissance du personnage afin d’aboutir à une vision globale. La richesse des angles travaillés associée à la constance des proportions permet en effet au public d’intégrer progressivement, une représentation tridimensionnelle du chien rouge.

Le travail sur les proportions est en effet au cœur de son exercice plastique et sa maitrise résulte des années de travail fourni à l’échelle de la vignette. Parce que ce cadre particulier nécessite un respect des proportions et de la composition rigoureux pour restituer une harmonie et une esthétique satisfaisante pour le regardeur, JUNGLE a dû perfectionner son trait afin qu’il respecte les exigences de l’œil.

Ce personnage, ainsi investi d’un regard, d’une vie psychique et d’une intégrité physique oriente la démarche de l’artiste vers de nouveaux supports, médiums, traitements ou formats. C’est ainsi que d’expérimentations graphiques en expériences plastiques, le chien s’émancipe de son cadre et rejoint la troisième dimension de l’homme, s’érigeant en sculpture.
De taille modeste d’abord, réalisé en bois massif, le Raiddog repousse rapidement les limites de ses contours. Bénéficiant du soutien du 6b et de ses équipes dans le cadre du festival FAR 2014, il devient sculpture architecturale, volume monumental de 350 m3. Ainsi s’opère la Métamorphose artistique du chien, d’un plan à l’échelle, dans le respect des proportions mises en traits depuis sa création. Sous cette nouvelle forme, ses contours deviennent son seul cadre et il dispose enfin d’un vide intérieur. Un vide à emplir, un espace d’achèvement, un potentiel d’accomplissement, une finitude à explorer. D’avatar symbolique, il se veut et se peut maintenant totem, Gardien de la tranquillité des lieux et de ses occupants.

Ce récit est finalement celui de l’émancipation d’un espace symbolique, qui accède à sa propre vie et se libère du cadre étriqué et défini qui en contenait sa potentialité. Dans ce travail entre architecture et sculpture, les dualités qui occupent le travail de JUNGLE sont au cœur du propos. Les rapports Humanité/Bestialité et Intérieur/Extérieur s’offrent un espace de réflexion plastique tandis que ceux qui font dialoguer support et surface semblent cesser, pour laisser les notions se rejoindre et se confondre le temps d’une œuvre. En effet, dans l’idéal conçu par JUNGLE, la surface de l’œuvre peut devenir support à la création dans la limite circonscrite par la taille de l’homme et donc celle de sa capacité à recouvrir le corps sculptural du volume.

Les perspectives de la démarche semblent aujourd’hui se trouver dans l’expérimentation plastique toujours. La recherche de maitrise de nouveaux médiums, la tentative de reproduire en matière des procédés et l’enrichissement des compositions par l’exploration de nouveaux motifs et formes abstraites (exemple du noir et blanc) constituent les orientations actuellement poursuivies. Nul doute que le chien guidera encore pour un moment ces mouvements et pérégrinations, mais son émancipation aboutie laisse le champs libre à de nouvelles quêtes plastiques : Simplification formelle, abstraction… Art in progress. À suivre.

Les expositions :